Le blog de l'atelier Ainciart Bergara à Larressore: fabrication artisanale du makila ou makhila

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Famille Ainciart Bergara

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 13 avril 2017

Un makhila signé A. Ainciart en 1869


En 1924, à la création du Musée Basque et de l'Histoire de Bayonne, les familles basques sont invitées à embellir et agrandir les réserves du Musée afin de permettre l'exposition des objets sélectionnés pour figurer dans les salles et vitrines.
Jean Ainciart fait don de plusieurs outils, établi et d'une série de makhilas dont Philippe Veyrin dira dans son livre Les Basques en 1943:
" A travers les oeuvres de Gratien, d'Antoine et de Jean Ainciart, on peut...

Lire la suite...

jeudi 11 juillet 2013

L'origine de la signature Ainciart Bergara

Marie-Jeanne tresse le cuir d'un makila vers 1920
Le mariage de Marie-Jeanne Ainciart et Jean Bergara en 1926 modifie la signature de nos makhilas. Précédemment signés Ainciart, J. Ainciart précisément pour ceux qui sont à cheval sur les 19e et 20e siècles, les makhilas sont désormais signés Ainciart Bergara.
Marie-Jeanne Ainciart joue un rôle capital dans cette évolution.
Entrée dans le travail à 13 ans ...

Lire la suite...

samedi 1 décembre 2012

Faire un makila est oeuvre de longue haleine


L'atelier du makila à Larressore
En 1926 l'historien bien connu Camille Jullian découvre le Musée Basque de Bayonne et fait de cette visite un article dans La Revue Hebdomadaire. Il y relate le don de Jean Ainciart d'une collection de makhilas et affirme: "Un vrai makhila est tout un poème".
En 1930 parait un ouvrage qui traite de toutes les facettes du Pays Basque sous la signature de Gaëtan Bernoville, intellectuel catholique.
C'est "Le Pays des Basques"

Lire la suite...

lundi 23 juillet 2012

BMB 1 et 179


Couple au makila au Musée Basque de Bayonne
Le Bulletin du Musée Basque ou BMB est la publication qui accompagne le Musée Basque et de l'histoire de Bayonne depuis sa création en 1924.
Le BMB 1 comportait un article sur le makhila citant longuement le makhila Ainciart et sa présence au Musée par la collection offerte à l'époque par Jean Ainciart (pages 46 à 49).

Lire la suite...

mardi 24 avril 2012

La notoriété des Ainciart et des Bergara de Larressore

jean Ainciart termine un makila    jen Bergara à l'atelier des makilas à Larressore
Jean Ainciart et Jean Bergara à l'établi
De nombreux textes du 20e siècle précisent la filiation du makhila Ainciart Bergara et indiquent la qualité de la fabrication ainsi que la notoriété de la famille.

Voici quelques extraits de 1903 à 1979.

Lire la suite...

lundi 9 janvier 2012

L'atelier Ainciart Bergara distingué pour sa valeur patrimoniale exceptionnelle

L'atelier vient d'être inscrit à l'inventaire des Métiers d'Art Rares au titre de la convention de l'UNESCO de 2003.
Ce sont ses savoir faire et tours de main uniques ainsi que son attachement à faire vivre une tradition culturelle qui motivent cette distinction.

     

Lire la suite...

mercredi 14 décembre 2011

Les makhila Ainciart Bergara au Musée Basque de Bayonne (1)

 
On peut admirer aujourd’hui au premier étage du Musée Basque de Bayonne, dans l’espace consacré aux costumes, la vitrine dans laquelle sont exposés les makhila offerts par Jean Ainciart à l’occasion de la création du Musée en 1924 . Voici côte à côte la photo de la vitrine telle que vous pouvez la voir chaque jour et la photo de Chevojon parue dans le livre de Boissel en 1930.

                  

Lire la suite...

jeudi 15 septembre 2011

Jean Bergara, un des Meilleurs Ouvriers de France 1936


Le makhila a été implanté à Larressore par la famille Ainciart: ainsi successivement Gratien, Antoine son fils et Jean Ainciart son petit-fils y produisent des makhilas.
Jean Ainciart a une fille, Marie-Jeanne, qui se marie en 1926 avec Jean Bergara. C'est là l'origine de notre signature Ainciart Bergara.
Donc en 1926 Jean Bergara hérite aux côtés de Marie-Jeanne des savoir-faire et secrets de fabrication du makhila Ainciart.
Dix ans plus tard, il se présente au concours de la 4e exposition nationale du travail à Paris et reçoit le titre d' un des Meilleurs Ouvriers de France en tant que Fabricant de cannes basques Makila. Cette réussite fut fêtée dignement sur le fronton à Larressore le 4 octobre 1926...

Lire la suite...