et ce fut l'occasion de louer les qualités d'artisan de l'inoubliable Jean Ainciart disparu en 1932 et de son gendre Jean Bergara, le type idéal de l'artisan régional. Mais Marie-Jeanne ne fut pas oubliée pour autant, elle qui fut le bras droit de son père.
Dans la revue Gure Herria, Emmanuel Souberbielle rend ainsi hommage aux artisans de notre atelier et, en passant, au makila l'emblème et le sceptre du Basque.
À partir de cette date et pour plusieurs années, Jean Bergara allait apposer son titre sur les viroles de ses makhilas.

Quelques images: Jean Bergara seul et avec Marie-Jeanne; le diplôme de MOF 1936 tel qu'on le voit exposé dans notre atelier; la signature Ainciart Bergara.