est présenté comme une évocation poétique du Pays Basque réalisée par Maurice Champreux avec les vues et sons de Jean Faugère.
Ce film est présenté au Musée Basque de Bayonne dans l'amphithéatre. Il restitue de manière esthétique et réaliste la vie quotidienne du pays: chorale, chants basques en arrière-fond, activités des pêcheurs, vie pastorale, montagnes et vautours, un village vu d'en haut, la fabrication des espadrilles, un fandango, Fontarrabie, San Sebastian, Orio, la contrebande la mort et les ruches, la pelote (chistera), Mauléon et la pastorale, l'émigration aux USA.
Une séquence est titrée: "La fabrication de la canne basque ou makila est oeuvre de longue haleine".
Elle présente successivement à l'atelier de Larressore:
- Jean Bergara marquant les tiges de néflier;
- Jean Ainciart, son beau-père, travaillant le bas du makhila;
- Marie-Jeanne Bergara tressant le cuir;
- et un marcheur avec son makila.

Deux affiches de ce documentaire sont connues qui montrent deux visages très différents du Pays Basque. La comparaison en est très intéressante. L'une est signée IBernoville (Inigo Bernoville probablement), l'autre Roland Coudon.

Affiche art déco      L'affiche du film montre un makila basque

>> Le site du makhila Ainciart Bergara